Dynamique Voile

Article du blog

L’équipe 2016 : Vianney Guilbaud

12647813_10153800412319000_1521533901_n copie

-
Vianney Guilbaud
Tacticien +

………….

 

-

Sportif de haut niveau et spécialiste du monocoque, Vianney est avant tout un 12626213_10153800417174000_1442759291_nexcellent tacticien qui a déjà fait ses preuves sur de nombreux championnats. En 2010, il participe à son premier Tour de France à la Voile : l’épreuve se dispute alors en Farr 30, un voilier de croisière sportif, et compte seulement 18 inscrits (contre 150 en 2015). « Cela n’a plus grand chose à voir avec le Tour d’aujourd’hui! » Si l’événement a pris une toute nouvelle dimension, le Diam 24 reste selon lui l’un des circuits les plus attractifs et offre un potentiel sensation incomparable.

Au fil des années, le Tour de France à la Voile a également vu défiler des marins de tous les horizons. « Le Tour, c’est aussi une confrontation face à quasiment tous les meilleurs régatiers français venant de l’Olympisme, du large, du catamaran, du Match Race… C’est ce qui crée une vraie excitation autour de l’événement pour moi.« 

Habitué à naviguer en monocoque, le Tour sera également l’occasion pour lui d’apprendre la navigation sur trimaran, un support qu’il admet avoir beaucoup de plaisir à découvrir. « Je m’ouvre à un nouveau support, avec une grosse motivation pour les entraînements. L’aspect physique est plus important à 3 sur un Diam 24, c’est un vrai plus de pouvoir se défouler en navigant!« 

Retour sur le parcours de Vianney Guilbaud

Avant de s’installer sur la côte Ouest, c’est d’abord en Île-de-France que Vianney découvre le milieu nautique. « C’est assez peu commun pour des Franciliens, mais mon père adore la planche à voile et le nautisme. Ce sont nos parents qui ont voulu nous faire essayer la voile, mon frère et moi. J’étais trop jeune pour le suivre tout de suite, mais à 6 ans et des brouettes, j’ai enfin pu monter sur un optimist. » Il fera ses débuts au sein du Club de Voile de Saint Quentin, avant de s’orienter peu de temps après vers le 420, qui lui permettra de faire quelques podiums en régates nationales.

Quelques années plus tard, Vianney déménage à Brest pour poursuivre ses études de commerce tout en continuant son projet sportif. Ce changement marquera un véritable tournant dans son parcours. Après avoir rejoint le Pôle Voile de sportifs de haut niveau, il s’engage dans un nouveau défi: les Jeux Olympiques. Lors de sa première année à Brest, il décroche plusieurs médailles d’or en Coupes du Monde et terminera notamment 4e au Mondial Jeune de 2009. Puis, c’est à La Rochelle qu’il poursuivra son parcours, en évoluant régulièrement dans le Top 20 mondial. « Quand tu commences une série Olympique, c’est forcément avec cette idée en tête. Au final, après 6 ans de progression constante en 470 avec différents équipiers, 2015 a été un coup d’arrêt. Blessure, travail à organiser, la régression des résultats a arrêté net l’aménagement de nos emplois du temps et toute possibilité d’évoluer au plus haut niveau. Alors pour le moment, le 470 est au garage!« 

Aujourd’hui, Vianney est commercial chez AG+, spécialiste dans la conception et la production de gréements. « J’ai la chance de travailler dans le nautisme. Quand je navigue, je rencontre des personnes de ce milieu, ce n’est pas incohérent avec mon travail de me déplacer sur des régates. Je peux aller voir les fournisseurs, professionnels du coin et même faire quelques livraisons. » Malgré un travail prenant, il parvient sans trop de difficultés à incorporer son projet sportif dans sa vie de tous les jours. « L’avantage en Diam 24, à part le Tour, c’est que les régates ont un format assez court autour des weekends donc il y a peu de jours à dégager. »

Pour préparer le Tour de France, il s’est également inscrit dans un Club de Triathlon de la Rochelle. « J’aime ce sport car c’est varié et je découvre la natation. En plus du vélo et de la course à pied, je vais également faire de la musculation en salle. Si en 470 il faut être très léger, en Diam 24 c’est plutôt l’inverse. J’ai besoin de me renforcer musculairement pour gagner en puissance en arrachant le winch!« 

Laisser un commentaire