Le Team Homkia – Nil – Les Sables d’Olonne Agglo porte déjà le gennaker vert de leader du classement amateur.

Le skipper Emeric ne cachait pas sa satisfaction au micro du Tour de France à la Voile aux côtés de ses équipiers Julien Lebrun et Joris Cocaud:
“On était très rapides l’an dernier sur les raids mais nous ne nous étions jamais encore qualifiés pour la super finale. Commencer si fort, c’est incroyable! On dédie ce résultat à notre coach Teva Plichart, dont le travail à nos cotés nous a fait franchir un cap en maîtrise.”

Malgré des conditions météo pénalisantes dans les phases de qualification avec un vent faible, l’équipe faisant partie des plus lourdes sur le Tour ( 234 kgs vs 210 ), elle a su réaliser une belle performance sur le plan d’eau de Dunkerque.

« La préparation du bateau pour optimiser sa vitesse a porté ses fruits. Tout le travail mis en place en amont a permis à l’équipe d’aborder sereinement cette première étape et nous l’avons ressenti aujourd’hui avec l’accès à la Super Finale. » explique Teva Plichart, l’entraineur de l’équipe.

L’équipe sablaise La Super Finale regroupe les huit meilleurs équipages du jour et se joue sur le même format que les autres manches de la journée : le stadium nautique ; des courses de 15 minutes au plus près des côtes qui offre une forte proximité avec le public.

Grâce à trois bons départs, une vitesse maitrisée et des manœuvres fluides, les garçons ont su confirmer leur présence sur les phases de transition et se sont classés sur trois manches 2, 3 et 4ème au général.
Journée en dents de scie tout de même, puisqu’ils franchissent la ligne d’arrivée de deux manches en 9ème et 11ème position.

« Quelques erreurs auraient pu être évitées, notamment sur la 4ème manche durant laquelle l’équipe menait la flotte en tête jusqu’à la dernière bouée sous vent. Il s’agit d’erreurs de layline principalement, ce que nous devons travailler. » rajoute Teva.

La layline est une ligne imaginaire sur l’eau, que le tacticien et le skipper doivent déterminer pour changer de cap au meilleur moment, pour être certains qu’ils ne fassent pas trop de route par rapport à leurs adversaires et au parcours mouillé, tout en gardant une vitesse optimale.

Pour un équipage n’ayant pas navigué dans cette configuration depuis trois mois, ce sont des retrouvailles joyeuses et de belles performances qui s’annoncent.

« On est tous ravis de ce premier classement sur cette première journée ! Il ne faut pas oublier que le Tour dure 15 jours et qu’il ne faut pas sombrer sous la pression, l’équipe doit garder la force et l’énergie pour avancer. » conclut Teva.

Une équipe soulagée de sentir un bateau qui glisse, consciente de leur potentiel… On leur souhaite que le nord leur porte encore chance jusqu’à Dimanche, dernière épreuve sur Dunkerque !